“lutte contre la faim, lutte contre le patriarcat, même combat?”

La huitième édition des Vacances Engagées du CCFD - Terre Solidaire sera militante ou ne sera pas !

Attention les places sont limitées, inscrivez-vous vite

Habitué.e ou novice, vieux campeur ou jeune pousse, vous y (re)trouverez de l’autogestion, le Forum Grand Ouvert, des temps d’équipe et des temps de vie collective, des soirées de folie (on fournit les soirées, apportez la folie !), de la co construction avec les enfants, des repas sains et équilibrés, un tableau des tâches, un prix libre et conscient (chèques vacances acceptés), de la bienveillance, de la confidentialité, de la responsabilité, de la souveraineté (et plein d’autres trucs en « té ») … et bien sûr tout ce que vous y amènerez !

Bref, venez vivre un temps fort de rencontres et de retrouvailles pour partager envies et expériences, pour réfléchir et agir, pour se ressourcer et penser, pour faire la fête et grandir.

***

Qu’est-ce que le patriarcat ? Comment s’est-il construit ? Qui enferme-t-il dans des rôles préconçus ? Seules les femmes sont-elles concernées ?

 

Qu’est-ce que la souveraineté alimentaire ? D’après le CCFD - Terre Solidaire : la souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation, dans le respect des cultures, produite à l’aide de méthodes durables et respectueuse de l’environnement, ainsi que leur droit à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles.

 

En quoi la lutte contre le patriarcat et pour la souveraineté alimentaire sont-elles liées?

 

Dans son dernier rapport d’orientation, le CCFD-Terre Solidaire identifie le patriarcat comme “une des causes structurelles de la faim” et soutient “qu'il constitue un obstacle au développement de politiques de lutte contre la faim et pour la souveraineté alimentaire.”

 

De son côté l’Observatoire du droit à l’alimentation et à la nutrition mentionne dans son rapport « Les femmes sont, et ont toujours été, indispensables à la conception de politiques alimentaires radicales, susceptibles de rétablir notre lien avec la nature, de retisser les relations sociales et de privilégier la justice intersectionnelle. »

 

En nous interrogeant sur le thème de cette année, nous sommes tombé.e.s sur une citation qui ne laisse pas indifférent.e : “L’association des femmes à la nature est une construction de la métaphysique grecque, établissant que le principe féminin est lié à la matière/terre en raison de ses fonctions de reproduction, et celui de l’homme à la technique/culture. De cette identification, il ressort que la femme est un être faible, dénué de droits civiques, exclut des lieux de pouvoir et d’instruction.”

 

Venez partager avec nous vos constats, vos témoignages, vos interrogations, mais aussi vos ras-le-bol, vos réalisations concrètes, vos projets et vos idées utopistes, folles et innovantes sur le sujet.

 

Ensemble, réfléchissons à comment lutter contre le patriarcat et la faim dans le monde, pour une société plus durable et égalitaire pour tous !